Voir le profil

L'astuce de productivité de Woody Allen

Bienvenue dans cette quatorzième édition de “Genius at Work” ! “Genius at Work” regroupe la correspon
Genius at Work
L'astuce de productivité de Woody Allen
Par Genius at Work • Numéro #14 • Consulter en ligne
Bienvenue dans cette quatorzième édition de “Genius at Work” !
“Genius at Work” regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana. Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…
Dans sa vie, Estelle utilise le théâtre pour coacher des dirigeants sur leur prise de parole en public. Elle adore le théâtre, mais pas les mamies du premier rang qui toussent.
Dans sa vie, Alexandre est CEO de l’école en ligne LiveMentor, école pour les entrepreneurs, freelances ou indépendants. Il ressemble à un fou quand il se met à parler (souvent seul) d’éducation.
Aidez-les à faire connaître “Genius at Work” en partageant le lien d'inscription à un ami !

L'astuce de productivité de WOODY ALLEN
Cher Alexandre,

Cela fait plus d’un mois que je n’ai pas reçu une seule lettre de toi.
Cela m'attriste. Moi je ne résiste pas à l'envie de t'écrire.
Alors voilà, en ce moment, j’ai quelques obsessions. Je me préserve et je ne rentrerai pas dans le détail ici. Mais ces obsessions me prennent de l’énergie et clairement me déconcentrent du boulot.
Je suis tombée ce matin sur quelques techniques de concentration d’un cinéaste que j’aimais beaucoup (à l'époque ou je regardais des films de temps en temps).

C’est Guillemette, que tu connais bien, qui m’avait initiée quand on était au lycée. Tiens, je reverrais bien Scoop, Manhattan ou Blue Jasmine.
Quand Woody Allen ne tourne pas un film, le plus dur pour lui n’est pas le travail d’écriture en soi.
Le gros morceau du travail est de trouver les nouveaux problèmes de l'histoire.
C’est le fameux “plot” anglo-saxon.
Une fois les “problèmes” identifiés, l'écriture est pour Woody un exercice assez naturel. Si seulement c'était pareil pour moi !!)

Pas de digital pour Woody
Déjà, il est clair que Woody a une routine bien stricte, c'est ce qu'il appelle “Ne casse pas la chaîne”.
Écrire un peu tous les jours vaut mieux qu'écrire une journée entière. Pour Woody, c'est la régularité qui compte !
Stephen King utilisait aussi cette technique : écrire un peu tous les jours en se fixant des objectifs de pages à écrire. Je vais adopter cette méthode des petits pas pour préparer mes stages :)
Allen capitalise sur le travail accompli.
Par exemple, il écrit toujours ses scripts à la main, sur son carnet jaune.
Mais dès qu'une idée pointe le bout de son nez, Allen tape une version propre sur sa machine à écrire, une Olympia SM-3. C'est exactement la même machine qu'il utilisait quand il était ado et qu'il bossait pour un magazine de l'époque.
En réécrivant immédiatement au propre chaque bonne idée, il tire un max de valeur de ses heures de travail.
Après il est clair qu'Allen ne perd pas de temps sur les réseaux sociaux. On pourrait croire qu'une personnalité comme lui (23 nominations aux Academy Award) doit alimenter sa communauté.
Figure-toi qu'Allen n'a jamais possédé d'ordinateur !! Donc autant te dire qu'il ne perd pas de temps sur Twitter celui-là.

Quand il bloque sur un scénario, Woody Allen a plusieurs astuces. Le changement momentané stimule son énergie créatrice.

Pour ça, trois choses :
Bouger, bouger, bouger...chez soi
Woody Allen change de pièce régulièrement : il n’a pas de bureau fixe !
Bouger, bouger, bouger...hors de chez soi
Quand Woody n'arrive pas à écrire, il sort dans la rue !
Bon tu te doutes bien que quand on s'appelle Woody Allen et qu'on marche dans la rue pour se concentrer… on est malgré tout souvent importunés par les passants.
Du coup, Woody loue des appartements avec des terrasses. Pour pouvoir faire les 100 pas dehors, tout en restant chez lui (malin ça !)
Woody prend plusieurs douches par jour
Je ris à chaque fois que je vois sa tête
Je ris à chaque fois que je vois sa tête
In the shower, with the hot water coming down, you’ve left the real world behind, and very frequently things open up for you. It’s the change of venue, the unblocking the attempt to force the ideas that’s crippling you when you’re trying to write
Voici son rituel :

  • Il se fait cuire un English muffin.
Je suis en semaine détox, pas la peine de me faire les yeux doux Monsieur Muffin
Je suis en semaine détox, pas la peine de me faire les yeux doux Monsieur Muffin
  • Il saute dans la douche bouillante

… et c’est parti pour 45 (!!!) minutes sous l’eau chaude (pas très écolo le gaillard).
Et sous la douche, il pense à son scénario.
J'imagine dans quel état il sort de la douche
J'imagine dans quel état il sort de la douche
Il m’a fait penser à toi.
Non pas parce que tu es tout fripé. Mais parce que, bon, déjà je sais que tu payes une fortune en ballon d'eau chaude.
Mais surtout parce que Woody Allen dit :

 “Je n’arrête pas de penser. Ça cogite dans mon cerveau, non stop”.

Et cette phrase m'a fait penser à ce que disait ton ancien associé, Grégoire, en parlant de toi :
“Alexandre ce n’est pas le plus intelligent.
Mais il a souvent un coup d’avance parce qu'il a toujours une page de fond qui tourne dans son cerveau”.

Si ta page de fond t'autorise à répondre à mes lettres, ce serait chouette.
Dans l'attente (inespérée) d'une réponse de toi,
Estelle

PS : N'oublie pas que dimanche, tu animes un atelier de mon stage Prise de parole en public. Une place vient de se libérer d'ailleurs, si tu penses que cela pourrait aider quelqu'un…. :)
Avez-vous aimé ce numéro ?
Genius at Work

"Genius at work" regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana.

Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue