Voir le profil

#8 Le génie du jour est...Winston Churchill !

Bienvenue dans cette huitième édition de “Genius at Work” ! “Genius at Work” regroupe la correspondan
Genius at Work
#8 Le génie du jour est...Winston Churchill !
Par Genius at Work • Numéro #8 • Consulter en ligne
Bienvenue dans cette huitième édition de “Genius at Work” !
“Genius at Work” regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana. Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…
Dans sa vie, Estelle utilise le théâtre pour coacher des dirigeants sur leur prise de parole en public. Elle adore le théâtre, mais pas les mamies du premier rang qui toussent.
Dans sa vie, Alexandre est CEO de l’école en ligne LiveMentor, école pour les entrepreneurs, freelances ou indépendants. Il ressemble à un fou quand il se met à parler (souvent seul) d’éducation.
Aidez-les à faire connaître “Genius at Work” en partageant le lien d'inscription à un ami !

Chère Estelle,
Pas de réponse à ma dernière lettre. Nada. Même pas un accusé de réception.. Avec Whatsapp, on sait au moins si le correspondant a lu ou pas le message. Là, je ne sais même pas si tu ouvres encore mes missives.
Alors oui, j'y suis allé un peu fort la dernière fois avec ma description de l'homme-glaçon Wim Hof. Je le reconnais, mes intentions étaient mauvaises. Mais c'est parce que tu t'es beaucoup moquée de moi depuis le début de nos correspondances !
Je t'imagine aujourd'hui encore cachée sous tes oreillers, bien au chaud.
Si tu oses sortir pour vérifier ton courrier, tu découvriras donc cette lettre, à la tonalité beaucoup plus chaude.
Sais-tu Estelle que l'homme a inventé de nombreux stratagèmes pour se réchauffer ?
Je pense à un homme en particulier : Winston Churchill.
Chez lui, on ne trouve pas tes remèdes classiques (casseroles de thé et tenues de ski pour dormir). Les amis de Churchill se nomment plutôt champagne, vin blanc, whisky, porto, sherry et cognac !
Il est temps de te raconter la routine du plus célèbre homme d'État britannique, qui résista au nazisme durant la Seconde Guerre Mondiale et décrocha le prix Nobel de littérature!
Winston ou l'habitude du danger
On dit souvent que les personnes les plus calmes sont celles qui ont connu le pire. Rien ne peut plus les étonner.
D'où vient alors le si célèbre et inimitable flegme de Churchill qui déclare à la BBC le 21 octobre 1940 : “Nous attendons l’invasion promise …de longue date ; les poissons aussi !”
De son rapport à la mort, je suppose ! Voici le topo :

  • En 1886, à l'âge de 11 ans, il contracte une double pneumonie.
  • À 18 ans, il tombe de la cime d'un sapin de neuf mètres, et reste trois jours dans le coma;
  • À 19 ans, il se laisse emporter par le vent au milieu du lac Léman ! (cela m'est arrivé dans un grand lac slovène cet été, je peux t'assurer que c'est très inquiétant)
  • À Cuba en 1895, aux Indes en 1897, au Soudan en 1898, il reste pendant des heures en première ligne sous le feu ennemi, avec des balles qui le frôlent constamment, mais en ressort indemne !
  • En 1899, en Afrique du Sud, sur la locomotive d'un train blindé partiellement déraillé, il est pris pour cible par les Boers, appuyés par quatre canons, pendant soixante-dix minutes, alors qu'il se démène au milieu des blessés, entièrement à découvert… et il en sort sans une égratignure !
  • En 1912, le premier lord de l’Amirauté Churchill est en voyage d'inspection lorsque son hydravion s'écrase, tuant tous les passagers ; Churchill, rappelé d'urgence une demi-heure plus tôt, venait d'en descendre pour regagner Londres en remorqueur…
  • En juillet 1919, son avion s'écrase sur l'aérodrome de Croydon : l'instructeur est sérieusement blessé, mais Churchill n'a qu'une estafilade au front et quelques bleus.
Et je t'assure que j'en garde sous le coude. Il est juste invincible le Winston. Se plonger dans sa routine, c'est découvrir un curieux mélange.
D'un côté, il y a cette vie en temps de guerre. Il n'avait pas le temps de faire beaucoup de meetings, quand il était une jeune recrue de l'armée britannique ou correspondant de guerre.
Et de l'autre, il y a la vie de pacha.
C'est l'heure du bain !
Une fois devenu député, puis surtout chancelier, Churchill adopte une routine sacrément différente.
Il prend l'habitude de placer à coté de son lit avant de dormir une petite mallette renfermant les documents les plus importants du moment. Il dort toujours nu. Il se lève ensuite à 7H30 et pendant deux heures va prendre son petit-déjeuner au lit, et donner quelques consignes à ses serviteurs.
Cela ne lui pose aucun problème de recevoir en peignoir (et parfois nu !) les plus éminents hommes politiques britanniques de l'époque. Ce n'est qu'à 11H qu'il se lève pour prendre un long bain. Il va ensuite faire un tour dans le jardin. Il revient vite à son bureau pour travailler jusqu'au déjeuner.
À 13H, c'est le déjeuner qui dure au moins 2h30 ! Une session de travail peut s'en suivre ou bien une partie de cartes avec l'amour de Churchill, sa femme Clémentine. Pauvre Clémentine d'ailleurs.. Churchill a une sérieuse tendance à la dépression. Les jours ne sont pas toujours heureux.
(et ça ne s'arrangera pas après la mort du boss ! À cause de l'inflation et de l'augmentation du coût de la vie, Clementine Churchill mit aux enchères en 1977 cinq des peintures de son mari !)
=> Oui, Churchill était également peintre à ses heures perdues, mais reprenons le fil de notre journée <=
À 17H, c'est l'heure de la sieste ! Comme de nombreux génies, Churchill ne déroge pas à ses 90 minutes quotidiennes de repos. Il se réveille pour prendre un nouveau bain et se prépare pour le dîner.
Dîner à 20h : on commence par du champagne, et on finit de même. Winston croit fermement aux valeurs thérapeutiques de l'alcool, lui qui mélange, pour finir sa journée, porto, fromage, cognac et surtout des verres de “whisky and soda” à n'en plus finir.
Vers minuit, on retourne bosser ! Animé par tous ses sains aliments, Winston retourne alors travailler parfois jusqu'à cinq heures du matin. Au moment de dormir, il prend deux somnifères, qu'il fait passer avec du whisky… 
Un homme à l'aise avec les routines variées !
Que faut-il retenir de cette vie ?
En voilà, une bonne question.
Je tiens d'abord à souligner combien Churchill a navigué entre des routines très différentes tout au long de sa vie.
Sa vie sur le front durant la première Guerre Mondiale n'a rien à voir avec sa vie de député.. On essaye trop souvent, il me semble, de copier la routine d'un génie, sans se demander les objectifs du génie et la cohérence de ceux-ci avec la routine.
Si Churchill passait autant de temps chez lui, ce n'était pas pour flâner et boire toute la journée, c'était pour économiser ses temps de transport et recevoir un maximum de personnes. Chaque soir, il dînait en compagnie d'un ministre ou d'un général.
Je veux ensuite rappeler qu'il faut faire attention aux apparences.. Elles sont souvent trompeuses !
Certes, Churchill ne s'est jamais économisé. Nous avons parlé de sa consommation d'alcool excessive, mais je rajoute qu'il fumait dans son travail et il avait presque toujours et partout le cigare à la bouche.
Mais il a écrit plus de 50 livres au cours de sa vie, vécu jusqu'à 89 ans, été deux fois Premier Ministre, gagné un Prix Nobel de littérature.. Arrêtons de juger la routine, regardons les résultats !
Enfin, je t'invite à ne pas tout prendre chez Churchill, l'homme ci-dessous a essayé de suivre la même cadence de consommation d'alcool et ne va pas très bien.
Whisky for breakfast, champagne for lunch !
Whisky for breakfast, champagne for lunch !
C'est tout pour aujourd'hui !
J'espère que cette lettre va te réchauffer et te donner envie de voyager en Angleterre..
Je t'embrasse,
Alex
Avez-vous aimé ce numéro ?
Genius at Work

"Genius at work" regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana.

Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue