Voir le profil

#4 Le génie du jour est...Marcelo Bielsa !

Bienvenue dans cette quatrième édition de “Genius at Work” ! “Genius at Work” regroupe la corresponda
Genius at Work
#4 Le génie du jour est...Marcelo Bielsa !
Par Genius at Work • Numéro #4 • Consulter en ligne
Bienvenue dans cette quatrième édition de “Genius at Work” !
“Genius at Work” regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana. Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…
Dans sa vie, Estelle utilise le théâtre pour coacher des dirigeants sur leur prise de parole en public. Elle adore le théâtre, mais pas les mamies du premier rang qui toussent.
Dans sa vie, Alexandre est CEO de l’école en ligne LiveMentor, école pour les entrepreneurs, freelances ou indépendants. Il ressemble à un fou quand il se met à parler (souvent seul) d’éducation.
Aidez-les à faire connaître “Genius at Work” en partageant le lien d'inscription à un ami !

Estelle,
Merci pour ta lettre de la semaine dernière.
Pour être tout à fait exact, je n'ai jamais réussi à atteindre les 7 km en marche à pied à la différence d'Haruki Murakami. C'était un mensonge pour te séduire : il était trop tentant de modifier sur Photoshop le résultat de l'application Nike qui calcule les distances !
Alors, certes je ne suis pas un grand sportif. Mais il existe un homme qui serait capable de me faire courir bien plus longtemps que ton Japonais. Il existe un homme pour qui le travail ne s'arrête jamais et dont la passion de l'effort est contagieuse.
Je vais aujourd'hui te raconter la routine de travail de Marcelo Bielsa, surnommé “El Loco”, l'entraîneur de football le plus surprenant de notre époque !
Célèbre pour s'asseoir sur une glacière..
Célèbre pour s'asseoir sur une glacière..
1. Avant d'être entraîneur, Marcelo lit des magazines derrière son kiosque à journaux
Marcelo Bielsa a 63 ans et est né en Argentine. Durant les trente dernières années, il a entraîné des équipes aux 4 coins du monde : en Argentine, au Mexique, en Espagne, en France, en Italie et aujourd'hui en Angleterre.
C'est un malade de travail, connu pour ne jamais s'arrêter. Aucun jour “off” pour lui. Il pense constamment au football, il a lu tout ce qu'il a été écrit sur le sujet. Je te le dis d'emblée car tu vas être très surprise par son parcours !!
Bielsa a commencé sa vie professionnelle par une modeste carrière de joueur de football, qu'il considère comme un échec. Il n'était pas très heureux sur le terrain.
Dis-moi, Estelle, il semblerait que nos génies ont souvent mis du temps avant de trouver leur passion, il me semble.. Je me note de le rappeler à mes élèves entrepreneurs.
Reprenons. Après sa courte carrière d'entraîneur, Bielsa décide de racheter un kiosque à journaux à Rosario, en Argentine ! Pendant deux ans, il est satisfait car “garder le kiosque, c'est pratique, cela permet de lire les journaux en même temps, et principalement la presse étrangère.”
On pourrait penser que Bielsa se la coulait douce à cette époque.. En apparence, on est loin de son comportement d'entraîneur, lui qui exigea lors de la Coupe du Monde 2002, alors qu'il était sélectionneur de l'Argentine, qu'on lui livre un container de 7000 cassettes afin de mieux étudier ses adversaires…
Mon analyse est toute autre ! Je pense que Bielsa a toujours été un bourreau de travail. Il est un bourreau de travail quand il s'enferme dans son kiosque pour lire seul, toute la journée, durant deux ans.
Ni plus ni moins que lorsque la veille d'un match décisif, il décide d'abandonner sa femme enceinte pour déclarer à ses joueurs : “J'ai dit à ma femme d'appeler en cas d'urgence ses soeurs ou ses parents, mais pas moi. Si l'un de vous a besoin du téléphone pour une situation plus extrême que celle-là, il pourra l'utiliser.”
Oui, Bielsa est fou. Mais mon point est ailleurs : nous avons trop tendance à juger de l'extérieur la capacité de travail d'autrui selon nos propres codes.
Aujourd'hui encore, Bielsa continue de se lever à 6 heures de matin pour démarrer sa journée par une revue de presse.
2. Aime ton travail comme Bielsa
Si cet homme m'inspire autant, c'est parce qu'il adore son travail d'entraîneur :

  • Il peut passer avec plaisir des journées entières à entraîner pour le plaisir, indépendamment de la qualité des joueurs mis entre ses mains ! Il est célèbre pour avoir fait réaliser 600 abdos par jour.. à une équipe d'étudiants de l'université de Buenos Aires.

  • Il est capable d'aller chercher dans la plus lointaine des villes les meilleurs jeunes à recruter pour ses équipes. Sais-tu qu'il a un jour divisé 25 000 kilomètres du territoire argentin en 70 zones pour aller dénicher les meilleurs talents ?

  • Il a confiance dans son travail au point de tout miser sur des jeunes inexpérimentés. Il a déjà fait monter du jour au lendemain 10 jeunes dans un groupe de professionnels.

  • Il enrichit chaque jour son expertise, empruntant à d'autres disciplines. Lors du Mondial 2010, Bielsa introduit le yoga dans les séances d'entraînement du Chili. Voilà qui devrait te plaire !

  • Il a déjà fait jouer deux matchs amicaux à ses joueurs le même jour. À ma connaissance, personne n'a jamais fait ça ! Evidemment, il a gagné les deux.
3. Travailler autant, oui... mais pour les bonnes raisons !
Enfin, j'aime la motivation profonde de Bielsa.
Il ne travaille pas pour les trophées, il s'en fiche de battre tous les records ! Logiquement, il a rarement décroché des médailles. Bielsa travaille purement par passion. Son objectif est d'atteindre une perfection dans le jeu, ce qui est très différent de gagner les matchs.
Voilà les questions qui trottent dans sa tête :

  • Comment faire cohabiter au mieux 11 joueurs ensemble ?
  • Comment créer un esprit de groupe ?
  • Comment révéler le potentiel d'un joueur en qui personne ne croit ?
  • Comment toujours insuffler une confiance énorme en chaque joueur ?
Chère Estelle, voici un modèle pour les coachs que nous sommes !
C'est comme ça qu'on fait progresser une équipe : en étant concentré sur chaque membre de l'équipe, plus que sur le résultat final.
Bielsa a fait décoller Benjamin Mendy, international français, en lui offrant un cadeau marqué d'un prometteur “Benjamin Mendy, tu vas faire la Coupe du Monde 2018”.
Bielsa a fait de Jared Borgetti, le meilleur buteur de l'histoire de la sélection mexicaine, en lui faisant frapper quotidiennement 200 ballons de la tête.
Bielsa a transformé Benjamin Morel, défenseur qui se faisait insulter par des milliers de personnes à chaque match, en déclarant en conférence de presse : “Morel est l’un des meilleurs joueurs de tête de l’effectif et son poste est défenseur central”.
J'adore. Bielsa atteint ces résultats parce que sa passion est tellement puissante qu'elle inspire naturellement ses joueurs.
Voici la fin de ce voyage argentin.
Au plaisir de te croiser sur un terrain de foot ?
Que ta semaine soit placée sous le signe de la passion !
Alexandre
Avez-vous aimé ce numéro ?
Genius at Work

"Genius at work" regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana.

Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue