Voir le profil

#2 Le génie du jour est...Auguste Rodin !

Bienvenue dans cette deuxième édition de “Genius at Work” ! “Genius at work” regroupe la correspondan
Genius at Work
#2 Le génie du jour est...Auguste Rodin !
Par Genius at Work • Numéro #2 • Consulter en ligne
Bienvenue dans cette deuxième édition de “Genius at Work” !
“Genius at work” regroupe la correspondance entre Estelle Haaset Alexandre Dana. Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…
Dans sa vie, Estelle utilise le théâtre pour coacher des dirigeants sur leur prise de parole en public. Elle adore le théâtre mais pas les mamies du premier rang qui toussent.
Dans sa vie, Alexandre est CEO de l’école en ligne LiveMentor, école pour entrepreneur, freelance ou indépendant. Il ressemble à un fou quand il se met à parler (souvent seul) d’éducation.

Chère Estelle,
Tu m'as donc comparé à un architecte slovène à la fois solitaire, austère, qui n'a jamais connu les plaisirs du sexe et qui buvait chaque jour un verre de vin vinaigré.
Merci, oui merci !
C'est drôle que tu m'écrives après ces longues années de silence entre nous. Je pensais justement à toi ce week-end, en sortant du musée Rodin, situé rue de Varennes à Paris.
Nous avons tout en tête les sculptures d'Auguste Rodin, mais connais-tu sa vie ?
Commençons par sa tête.
#Hipster #CheveuxAuVent
#Hipster #CheveuxAuVent
On ne l'oublie pas, n'est-ce pas ?!
Par où commencer pour te raconter Rodin.. Dans les grandes lignes :

  • Rodin est né en 1840 à Paris.

  • Il n'est pas un élève excellent, mais réussit à intégrer une école de dessin (qui est aujourd'hui l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs).

  • Il échoue trois fois de suite aux concours des Beaux-Arts.

  • Pendant longtemps, il n'arrive pas à vivre de son art et gagne de quoi payer sa baguette de pain en réalisant des petites missions dans des ateliers de divers sculpteurs (oui, Rodin était freelance !)

  • Il réalise sa première grande oeuvre à 37 ans (“L'âge d'airain”) et sa gloire ne cesse de grandir ensuite. Il fait travailler avec lui chaque jour 50 ouvriers, praticiens, et autres mouleurs ! Il finit Grand officier de la Légion d’honneur.

  • À la différence de ton slovène, Rodin enchaîne les relations amoureuses, souvent en parallèle. Il est célèbre pour emballer les filles en les faisant venir dans son atelier.

  • On l'accuse d'avoir rendu folle l'artiste Camille Claudel avec qui il refuse de se marier, et qui sera finalement enfermée dans un internat psychiatrique.
Une vie bien remplie, donc.
Cela serait un plaisir de t'écrire quelques lignes supplémentaires sur cette passionnante relation entre Rodin et Claudel, mais puisque tu m'invites sur le thème des routines de travail..
Je vais te parler d'une seule oeuvre de Rodin : “La Porte de l’Enfer” 
Mais où faut-il mettre la clé ?
Mais où faut-il mettre la clé ?
Travailler sur la même chose pendant 37 ans.
Chère Estelle, je ne connais pas tes rêves pour l'avenir. Tu en as sûrement plein.
Moi, j'espère travailler durant longtemps sur un sujet qui me passionne.
Dans ce monde de l'instantané, où nous sommes bombardés d'informations multiples et contradictoires, je trouve une sérénité dans l'idée d'un futur où, chaque jour, j'attaque le même problème.
Oui, Rodin était un grand travailleur, de son propre aveu : « J'abattais mes quatorze heures quotidiennes et je ne me reposais que le dimanche, note le sculpteur. Alors ma femme et moi allions dans quelque guinguette prendre un gros repas, à 3 francs pour nous deux, qui était notre récompense pour la semaine »
Mais Rodin était surtout un homme capable de travailler pendant 37 années d'affilée sur la même oeuvre avec “La Porte de l’Enfer”.
De 1880 à sa mort en 1917, Rodin a travaillé et retouché sa sculpture.
Que s'est-il donc passé ? Pourquoi autant d'acharnement ? Je vais essayer de te guider :

  • Rodin reçoit une commande de la part de l'Etat français en 1879. On lui demande de réaliser la porte d'entrée d'un musée qui doit ouvrir 3 ans plus tard.

  • Rodin se met au travail avec une ambition débordante : il veut réaliser une sculpture gigantesque de 6 mètres 35 sur 4 mètres.

  • Sauf que le projet prend du retard pour être finalement abandonné en 1889, ce qui laisse Rodin sans financement. Or, je peux t'assurer que ça coûte un sacré petit pactole de faire des sculptures en bronze !

  • Il réalise donc une version inachevée, qui sera exposée en 1900 lors de l'Exposition Universelle.

  • Sauf que Rodin ne veut pas rester sur ce demi-échec. Il rapatrie l'oeuvre dans son atelier, et décide de se remettre au travail. Il y tente toutes ses techniques, affine sa maîtrise des ombres, il s'inspire de Baudelaire et de ses passions littéraires.

  • “La Porte de l’Enfer” ne quittera au final jamais l'atelier du maître, secrètement ravi de conserver près de lui son trésor.. Ce n'est qu'après sa mort qu'elle sera ré-assemblée et qu'une version en bronze sera coulée
N'est-ce pas inspirant ?
Voilà, chère Estelle.
Je voulais te partager ce récit.
J'aime cette idée de correspondance sur les routines de travail d'autres génies : scientifiques, romanciers, entrepreneurs, athlètes…
Et oui, Genius At Work, cela sonne définitivement très bien.
J'espère te lire régulièrement désormais.
Peut-être la semaine prochaine, un mardi vers 17H ?
Alexandre
Avez-vous aimé ce numéro ?
Genius at Work

"Genius at work" regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana.

Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue