Voir le profil

#11 Le génie du jour est...Frida Kahlo !

Bienvenue dans cette onzième édition de “Genius at Work” ! “Genius at Work” regroupe la correspondanc
Genius at Work
#11 Le génie du jour est...Frida Kahlo !
Par Genius at Work • Numéro #11 • Consulter en ligne
Bienvenue dans cette onzième édition de “Genius at Work” !
“Genius at Work” regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana. Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…
Dans sa vie, Estelle utilise le théâtre pour coacher des dirigeants sur leur prise de parole en public. Elle adore le théâtre, mais pas les mamies du premier rang qui toussent.
Dans sa vie, Alexandre est CEO de l’école en ligne LiveMentor, école pour les entrepreneurs, freelances ou indépendants. Il ressemble à un fou quand il se met à parler (souvent seul) d’éducation.
Aidez-les à faire connaître “Genius at Work” en partageant le lien d'inscription à un ami !

Bonjour Estelle !
Oui, ça y est, je me suis remis à écrire. Je sais que tu déplores ma mauvaise habitude de toujours faire les choses au dernier moment, dans l'urgence.
Je te promets de m'améliorer.
D'ailleurs, voici mes résolutions pour l'année 2019 :


  • Retrouver une certaine sérénité en dehors de mon travail : j'ai envie de débrancher plus souvent.

  • Créer plus de place pour l'improvisation : ma routine professionnelle est tellement réglée à la minute près, que ça se répercute sûrement par un manque de diversité dans mes expériences personnelles.
J'espère que l'écriture de cet épisode sera un exercice thérapeutique pour m'aider à rétablir l'équilibre.
Car aujourd'hui, c'est le tour de celle qui ne voulait rien se refuser, quel que soit le domaine (dans le travail, dans les amours, dans son art). C'est le tour de Frida Kahlo !
Il faut connaître sa vie pour connaître son rapport au travail
Frida Kahlo voit le jour le 6 juillet 1907 d'une maman d'origine indienne, et d'un père photographe d'origine allemande. Frida est donc métisse. Dans son enfance, elle est atteinte de poliomyélite et essuie les moqueries des enfants qui la surnomment « la petite boiteuse ».
Je suis toujours surpris par la violence que peuvent avoir les enfants… Tu sais, ma maman souffrait petite d'un strabisme convergent (“elle louchait”) et elle parle encore aujourd'hui des moqueries entendues dans la cour de de l'école primaire ! Heureusement pour ma mère, le strabisme diminua tout seul au fil du temps.
Frida n'eut pas la même chance. Elle garde de la polio une jambe droite déformée. Et à l'âge de 18 ans, elle est victime d'un horrible accident : le bus qui la ramène de son école sort de la route.
Le bus..
Le bus..
Elle subit de nombreuses blessures, notamment au niveau de la colonne vertébrale. On lui annonce qu'elle ne pourra pas avoir d'enfant.
Frida se retranche dans la « Maison bleue » (la « Casa azul »), là où elle est née, au milieu d’un quartier où habite la petite bourgeoisie, au sud de Mexico. Elle y passera en réalité quasiment toute sa vie, dans cette “Maison Bleue”, à explorer sa passion : la peinture.
Découvrir sa passion suite à un drame... et ne jamais la quitter
Suite à l'accident de bus, Frida se met à peindre, avec frénésie. Elle s'initie au portrait et à la nature morte. Mais c'est sur elle-même qu'elle va focaliser son travail en réalisant un grand nombre d'autoportraits !
“Je me peins car je suis souvent seule et je suis le sujet que je connais le mieux..”
Attention à ne pas donner la cigarette aux perroquets !
Attention à ne pas donner la cigarette aux perroquets !
La peinture est une véritable renaissance pour Frida. Elle commence à être perçue comme une icône de beauté au Mexique. Elle peint sans relâche tous les jours. Sa création artistique devient un moyen essentiel de supporter sa vie et son corps, qui la crible de douleurs !
Colonne vertébrale rompue, déchirement du vagin, avortements (oui, il y en a eu deux..), estomac percé, polio, gangrène de la jambe, amputation jusqu’au genou, infection du rein, anémie, alcoolisme. Frida Kahlo vit dans la souffrance jusqu’à la fin de sa vie… mais survit grâce à la peinture. Elle défie tous les pronostics des médecins.
C'est définitivement l'épisode de GeniusAtWork qui me transporte le plus. Comment ne pas être impressionner par le courage de cette artiste ?
J'ai aussi été très touché par sa création artistique que je connaissais mal, je l'avoue !
Aucune routine dans son travail
C'est aussi un épisode particulièrement différent car je n'ai trouvé aucune trace de routine dans la vie de Frida Kahlo. Mais alors, absolument aucune !
Elle peint, très souvent, sans horaire fixe. Elle ne refuse jamais l'amour, puisqu'elle multiplie les aventures, avec les hommes comme avec les femmes. Elle boit (beaucoup) de tequila, rencontre André Breton, accueille Trotski, avec qui elle aura une liaison torride, selon la rumeur.
Frida vit surtout une romance passionnée avec Diego Rivera, un gros et laid personnage qui la trompait régulièrement..
Elle répond à ses tromperies par des peintures, comme avec le tableau “les deux frida”
Suite au divorce avec Diego Rivera..
Suite au divorce avec Diego Rivera..
Il illustre la douleur ressentie par l'artiste au moment de sa séparation avec Diego Rivera. Tu remarques que Frida utilise ses organes pour exprimer sa souffrance ? C'est lié aux multiples interventions chirurgicales subies tout au long de sa vie !
Voilà la routine de Frida Kahlo : réagir sans cesse aux (nombreux) aléas de sa vie pour les transformer en créations artistiques.
Il n'y a pas de séparation entre sa réalité et sa passion d'artiste. Chaque événement peut faire l'objet d'une réflexion.
Elle me rappelle à cet égard une artiste actuelle, que j'adore, Ina Mihalache, créatrice de la chaîne YouTube, Solange Te Parle
héhé oui, j'ai été sur scène avec Ina et j'étais captivé.
héhé oui, j'ai été sur scène avec Ina et j'étais captivé.
Comme Frida, Ina est une artiste que je n'arrive pas à décrire.
Philosophe, poète, exploratrice de la féminité…
C'est comme si mon cerveau n'arrivait pas à processer la création d'Ina, je ne trouve pas les mots.
Plutôt embêtant pour un apprenti écrivain, non ?
L'art reste indicible.
Je t'embrasse donc, en silence…
Alexandre

PS : On m'a dit que tu partais bientôt chanter l'hiver dans ta ferme bourguignonne. Tu me donneras l'adresse. Sinon, retrouvons-nous en 2019, un soir de janvier. Disons un mardi soir, à 17h50 précises.
Avez-vous aimé ce numéro ?
Genius at Work

"Genius at work" regroupe la correspondance entre Estelle Haas et Alexandre Dana.

Chaque semaine, ils décortiquent la routine de travail d’un génie : scientifique, romancier, entrepreneur, athlète…

Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue